6ème article d’une série de 7 articles

La trouille du contrôle

Dans la vie nous avons besoin de deux sortes d’apprentissages. Les apprentissages primaire et les secondaires. Il n’y a pas de hiérarchie entre les deux. Les premiers se font naturellement. Apprendre à parler, à marcher, à discuter, à vivre en société. Les seconds nous sont imposés et ne se font pas naturellement. Ils demandent un effort. Avoir des diplômes, apprendre à jouer d’un instrument de musique, apprendre à disserter et à faire des calculs et plus largement à utiliser une technique inventée par l’homme.

Certaines capacités primaires sont utilisables dans la vie moderne et au travail. On parle de talent inné. La période que nous traversons est propice à la mise en valeur des compétences naturelles.

Marquage

Cependant depuis des décennies la société occidentale a installé une hiérarchie sociale largement inflencée par le niveau d’études. La course aux études supérieures existe encore. L’ultimatum du baccalauréat est devenu un marquage de qualité éducative de notre société.

Cependant nous constatons tous le décalage entre les besoins de savoirs dans la vie quotidienne et le niveau imposé par la course au diplôme. Le système de l’éducation nationale se plaint lui même du faible niveau en lecture et en écriture des jeunes gens. Les établissements publics n’ont pas la côte.

Ceci dit nul ne nie la nécessité de l’éducation secondaire pour tous.

Menace

L’évolution de la société met à mal des systèmes comme la famille et l’emploi unique. Le système éducatif doit s’adapter. Qui dit système ne dit pas Etat. Il s’agit bien de toutes les parties prenantes. Les élèves et tous les éducateurs en font partie. Les parents sont des éducateurs comme tous les adultes.

Chaque intervenant met directement et indirectement la pression sur le jeune en devenir. Car si l’enfant ne réalise par d’ études l’éducateur perçoit une menace pour l’enfant. Cela se ressent en particulier lors des évaluations, des bulletins et des choix d’orientation.

De fait lors du contrôle il y a la un changement de conditions qui va perturber le comportement de l’apprenti. La perturbation engendrée par cette situation peut fausser l’analyse du niveau en empêchant le candidat de réussir le contrôle.

Peur de l’engagement

C’est le besoin d’engagement qui est en jeu. Si l’on perçois une menace il sera difficile voir impossible de se focaliser sur le contrôle et de faire attention. C’est notre système comportemental qui est à l’œuvre. Nos peurs et nos croyances conscientes et inconscientes prennent le pouvoir.

Comment peut-on aider à apprendre ?

Suite dans l’épisode 7

Vous aider

Le meilleur guide de votre enfant est celui qui le connait le mieux. C’est vous.

Ma clef consiste à accompagner l’éducateur d’abord. C’est à dire vous, le parent, le prof.

Adapter la gestion de votre système comportemental vous permettra d’améliorer la pertinence de vos actes de médiation et renforcera votre mission éducative.

A votre écoute

Formulaire de message

Au sommaire

Autres articles sur le thème de l’éducation

Votre commentaire

Loading...