3ème partie d’une série de 7 articles

Prendre le pouvoir d’apprendre

Les expériences sur le système cognitif humain montrent que effectivement des leviers permettraient de faciliter les apprentissages secondaires (voir article sur les apprentissages primaires). Ces façons d’enseigner et d’éduquer ne sont que peu connues et peu utilisées.

Deux raisons à cela sont remarquables. La première, ces leviers ne sont pas mis à la porté du grand public.  Et ne le sont que depuis peu aux enseignants des écoles qui, rappelons le, ne sont formés à leur métier qu’une année en alternance. Ils apprennent essentiellement sur le tas et par tutorat. C’est à dire entre eux. Ensuite durant leur activité leur objet est fait de leurs cours et non pas d’expériences d’amélioration continue.

Une recette à inventer

La seconde raison réside dans la recette à appliquer. La littérature sur les expériences scientifiques et sur les techniques de formation fabriquée par les universités, les instituts de tous bords, et les indépendants est dense. Il est difficile, même pour un prof motivé, de s’y coller et d’en tirer une technique utilisable dans la classe le lendemain. Le travail de développement de concept simple et pratique manque. Il faut reconnaître qu’il est plus facile de développer des technologies matérielles que des technologies intellectuelles dont la marchandisation ralentie la diffusion.

Cette situation donne la part belle aux cours individuels de soutien.

Pourtant le premier éducateur de l’enfant et du jeune c’est le parent. Il y a là un relais encore plus efficace qu’un cours de soutien ou de rattrapage. Car le concept pour faciliter l’apprentissage est simple et lumineux. Chaque adulte peut se l’approprier et en faire bénéficier les enfants qu’il côtoie.

De plus lorsque l’enfant est éduqué sur la pratique de l’apprentissage dans la vie quotidienne à la maison il utilisera naturellement cette bonne manière d’apprendre une fois en classe. Et dans ce cas là, se trouver dans une classe nombreuse ou une attitude passive est de rigueur, se trouve être un avantage.

Comment profiter d’un cours ennuyant ?

Suite dans l’épisode 4.

A PROPOS DE VOUEO

Faire seul ou se faire aider ?

  • Vous avez l’intention de changer de vie ?
  • Votre enfant ne sait pas quelle voie choisir ?

Promotion Bilan d'Orientation

Vous aider

Le meilleur guide de votre enfant est celui qui le connait le mieux. C’est vous.

Ma clef consiste à accompagner l’éducateur d’abord. C’est à dire vous, le parent, le prof.

Adapter la gestion de votre système comportemental vous permettra d’améliorer la pertinence de vos actes de médiation et renforcera votre mission éducative.

A votre écoute

Formulaire de message

Votre commentaire

Loading...